La Communauté BAPA c'est vous qui la faites!






Compteur de visite


Catégories
WP_FlashTime Widget

horoscop 2009 free online movies horoscop 2010 | horoscop saptamanal | horoscop zilic | horoscop |

Get Adobe Flash player
Recherche
Pub
RÉALISEZ VOTRE SITE INTERNET A MOINDRE COÛT -- Tel: 75 63 72 49 / 95 00 28 37 -- Email: yanndjk@yahoo.fr -- Sis Hotel du plateau

Système de croyance et spiritualité Bamileké

SYSTEME DE CROYANCE ET SPIRITUALITE BAMILEKE (BAPA)

SYSTÈME de croyance et SPIRITUALITÉ BAMILÉKÉ 

      Dans les pays Bamiléké, nous pouvons affirmer sans ambages que l’arrivée du blanc, du colonisateur n’a pas eu un grand effet sur la manière de vivre du bamiléké. Il y a eu certainement une influence sur le plan administratif, mais sur le plan culturel le Bamiléké a maintenu ses traditions. L’arrivée du christianisme et de toutes autres religions révélée n’a pas convaincu le Bamiléké de  changer ses croyances et pratiques religieuses.

      C’est ainsi qu’à ce jour, le Bamiléké a encore ses lieux sacrés et pratique encore le culte des crânes.

   Les lieux Sacrés

Se sont des lieux de communication entre le monde des hommes et le transcendant. Se sont des

Lieux fabriqués par les mains même du Dieu tout puissant, se sont : les sources ; des grands arbres ; des chutes d’eau ; des grottes ; des gigantesques pierres ; des bois ; des sanctuaires. Ces lieux matérialisent la visibilité du Dieu que nul ne peu voir.

On remarque deux espèces de lieux sacrés : les privés et les publiques

 

a- Les lieux sacrés privés  

On les appelle ainsi parce que, ils ne concernent qu’une ligné, une famille. Il est ainsi situé dans une concession familiale. Les membres de cette famille y font des sacrifices.

 

b-     les lieux sacrés publics

Ils sont très grands et constituent un objet de croyance et de foi, servant de lieux de recueillement pour toute la communauté villageoise sans une quelconque distinction. Dans ces lieux on construit une petite case dans lequel seul le roi qui est aussi le représentant de l’être suprême sur terre peut y accéder ainsi que ses prêtres chargés de faire des sacrifices. Les lieux sacrés publics sont divisés en deux catégories : les grands et les petits.

 

  1. a-      Les grands : c’est à ces lieux que le roi fait ses sacrifices. Se sont : Pougké à Tsèla, Nfouonag à Djeuwang, Ntui à top
  2. b-      Les petits : Ntoutsouo, Nkiagne, Keumdjè, La’akem, Naag, Ntou Ngag, Tournant Ngoueu, encore appelé Djé sie Ntoug chè fé car on y puise l’eau à boire du roi.

On reconnaît les lieux sacrés par la présence abondante de l’arbre appelé Yem et du nguakeung encore appelé arbre de la paix. Au tour de l’arbre principal ou se font des sacrifices on trouve des morceaux de pierres sur lequel il y a presque toujours de l’huiles rouges.

Le didim ou gugubre peut se lancer dans les lieux sacrés sans l’avis des sacrificateurs ou kèmsie. Ce geste accompagné de parole exhausse les demandes.

Pour demander la puissance divine afin de mieux diriger son peuple, le roi fait des sacrifices réguliers de poulets, de  chèvres, de bœufs accompagnés d’huiles, de sels, de didims et quelques fois des haricots. Le roi est accompagné dans ses sacrifices par des sacrificateurs tel que : Mekuiloboug, Sop Tchouanlong et Sâgda. Le peuple quant à lui a besoin de l’aide d’un guérisseur, (kèmsie) pour savoir s’il a besoin de faire des sacrifices et d’un sacrificateur pour. L’exécuter. Les deux rôles sont le plus souvent joués par la même personne.

Il existe des multitudes de lieux sacrés dans un village et même parfois dans une même concession familiale. Ces lieux saints sont pour les Bamiléké une sorte de temple au même titre que l’église car les Bamiléké sont un peuple monothéiste. J’en veux pour preuve le fait que ces endroits ne soient pas appelés sie, Dieux, mais djinn sie, lieu sacré ; lieu de Dieu ; lieu où l’on retrouve l’être suprême, le grand architecte, seul Dieu auquel croie le peuple bamiléké. C’est la pratique et la manifestation de la croyance qui diffère de celle des autres religions, le christianisme par exemple.

Malgré l’unicité de Dieu, le Bamiléké pense que les lieux sacrés sont habités par les esprits de leurs ancêtres. La notion de divinité et d’esprit est dont relier aux ancêtres et aux sanctuaires et lieux sacrés réceptacles des âmes des ancêtres, intermédiaires entre l’homme et Dieu tout puissant. C’est donc par ce fait les lieux de communion, de recueillement, d’invocation et de prière pour les membres d’une famille.

 

Lieu sacré Npoucgké à Tsèla

 

c-      Quelques interdits des lieux sacrés

  • Il est préférable de se déchausser dans les lieux sacrés.
  • Il est interdit de manger la poule qui a servit pour les sacrifices « ngueup sie »
  • Lors d’une chasse, si un gibier se réfugie dans un lieu sacré, il faut le laisser.
  • Il ne faut absolument pas ramasser ou voler les objets gardés en ces lieux.
  • Ne pas y ramasser du bois.
  • Il ne faut pas y cracher, faire des besoins, uriné ou tout autre acte immonde et impropre.

 

André Pascal NOUKIMI

Une réponse à Système de croyance et spiritualité Bamileké

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 742 personnes ont vu cette publication
Partenaires

    Abonnez-vous


    Pub
    Slideshow
    juin 2017
    L M M J V S D
    « Avr    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
    Pub
    RÉALISEZ VOTRE SITE INTERNET
    A MOINDRE COÛT
    Tel: 675 637 249 /695 002 837
    Email: yanndjk@yahoo.fr
    Sis Hotel du plateau